mort de l’ebook